communiquesINTERPROMANIFESTATIONMOBILISATIONSPrécarité étudianteTRACTS

1er mai : construisons la riposte étudiante !

1er mai : construisons la riposte étudiante !

            Commémorant la lutte pour la journée de 8h de travail à la fin du XIXe siècle, le 1er mai est chaque année l’occasion d’importantes manifestations ouvrières à travers le monde entier pour renforcer l’ensemble des combats des travailleur-euses.

            Après ce second tour dont personne ne voulait, il est important de reprendre la mobilisation et de ne pas la résumer aux élections.

            Le quinquennat qui s’écoule a été une succession de mesures offensives de libéralisation de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) et de précarisation des étudiant-e-s : loi ORE, mise en place de Parcoursup, Loi de Programmation de la Recherche, augmentation des frais d’inscription pour les étudiant-e-s extracommunautaires, réductions des APL et du budget par étudiant, colloque contre le wokisme… Le quinquennat arrivant va suivre la même lignée réactionnaire et néolibérale, voire l’empirer. Au programme: augmentation des frais d’inscription, fusions d’universités, baisses de moyens…

            Nous ne pouvons pas attendre du nouveau gouvernement des réponses suffisantes à la précarité étudiante et des évolutions satisfaisantes de l’ESR. Nous ne pouvons pas non plus l’attendre pour combattre l’extrême-droite et son projet mortifère. Il nous faut dès maintenant nous organiser pour défendre nos conditions matérielles d’existence et d’études et les améliorer !

            Beaucoup d’étudiant-es sont en situation de précarité, comme la majorité des travailleur.euses. Il est donc important de créer une convergence avec les mouvements professionnels. En effet, la solidarité de classe, qui est devenue pour beaucoup l’une des rares manières de se nourrir — à travers les distributions alimentaires par exemple —, doit se traduire dans cette mobilisation. De plus une majorité des étudiant-es travaillent pour financer leurs études, ce n’est pas une situation acceptable ! Les travailleur-euses sont, comme les étudiant-es précaires, exploité-es par le même système capitaliste. Par solidarité de classe, les étudiant-es ont donc toute leur place dans les manifestations du 1er mai.

            Dans le même temps, l’extrême-droite n’a jamais fait un score aussi important aux élections présidentielle. Celle-ci prospère sur les politiques anti-sociales et libérales que nous proposent les gouvernements successifs. Nous l’avons encore vu récemment attaquer les étudiant-es mobilisé-es. L’extrême-droite a toujours été l’ennemi des travailleur-euses et des étudiant-es, il faut la combattre partout, tout le temps. Le 1er mai doit donc être également massivement antifasciste.

            Contre l’extrême-droite et contre l’ultra-libéralisme il faut renforcer les luttes étudiantes et plus largement les luttes de notre camp social !

A l’occasion de ce 1er mai, Solidaires étudiant-e-s continue de revendiquer :

– Un enseignement supérieur gratuit, ouvert à tous-tes et émancipateur

– L’augmentation immédiate des bourses

– La mise en place d’un salaire étudiant socialisé qui nous reconnaît en tant que travailleur-euses en formation

– Le retour du repas à 1 euro pour tou-tes les étudiant-es

– La rénovation et la construction de logements CROUS.

Nous appelons ainsi les étudiant-es à se mobiliser le 1er mai au travers les manifestations et rassemblements prévus partout en France.

Share this post

About the author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.