Non à la politique sanitaire discriminante !

Depuis le confinement et le début de la crise sanitaire, les personnes sourdes et malentendantes se trouvent en grande difficulté, du fait du port généralisé des masques opaques. La lecture labiale leur étant indispensable, cette nouvelle norme complique toute communication et in fine leur vie quotidienne. On estime entre 5 et 7 millions le nombre de personnes sourdes et malentendantes en France. De même, le masque opaque surhandicape les personnes autistes qui ne peuvent plus voir les expressions faciales de leurs interlocuteur-rices, tout comme les personnes aphasiques. 

Dans la législation sanitaire actuelle, aucune mesure n’a été prise prenant en compte ce nouveau facteur d’exclusion pour trouver des moyens d’y remédier. Cette lacune dans la législation sanitaire laisse la part belle à l’augmentation des discriminations à l’embauche pour les personnes sourdes et malentendantes, sans compter les risques de licenciements pour les personnes salariées, discriminations en termes d’accès à l’éducation : comment suivre des cours lorsqu’il est impossible de lire sur les lèvres ? Mais aussi discriminations en termes d’accès aux services publics et privés : santé, transports, commerces, la participation aux activités culturelles et sociales… En ne réglementant pas sur les normes d’adaptation des protections sanitaires, l’État institutionnalise l’impossibilité pour les personnes sourdes et malentendantes de jouir de leurs droits les plus fondamentaux, une situation où un pan entier de la population se trouve exclu. La loi de 2005 « pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées » du 11 février 2005 ne doit en aucun cas passer à la trappe, même en temps de crise sanitaire.

Des solutions existent : depuis le mois de mars, des ingénieur-e-s, technicien-ne-s, couturier-e-s, petites entreprises françaises se mobilisent pour penser et produire des masques de protection individuels qui soient inclusifs. Il s’agit maintenant de faire en sorte que cette production passe un cap pour devenir massive, et que les masques permettant la lecture labiale deviennent la norme, dans les entreprises, administrations et tous les établissements recevant du public. 

La situation actuelle est l’aboutissement d’une politique non-inclusive, qui accroît ouvertement les inégalités, et pousse à l’exclusion de millions de personnes. Les personnes sourdes et malentendantes ne doivent pas avoir à négocier avec chacun-e-s de leur interlocuteur-rice pour trouver un dispositif adapté, cela les surexpose et crée une charge mentale anormale.  

Nous demandons la production et des commandes massives de masques inclusifs (transparents) permettant la lecture labiale, ainsi que leur mise à disposition gratuite de ceux-ci, afin qu’en soient équipées toutes les entreprises, administrations, et tous les établissements recevant du public.

Author: admin