Retour sur le jeudi 26 ville par ville – Appel au 2 juin (et à tous les autres jours)

Retour sur les mobilisations du jeudi 26 ville par ville et appel à une nouvelle journée de convergence des mobilisations le jeudi 2 juin

Rennes : 10 000 personnes en manifestation et des actions de blocage des transports de l’agglomération de Rennes. Un gros dispositif policier était en place et la bac a effectuée plusieurs interpellations sauvages dans la manifestation.

Bordeaux : 15 000 manifestant-e-s, chiffre en nette progression par rapport aux dernières semaines. Alors que la police a interpellé un lycéen en plein milieu de la manifestation pour avoir jeté un oeuf tout le cortège s’est arrêté plus d’une heure pour obtenir sa libération qui a eu lieu au bout d’une heure !
Pour ne pas avoir à s’arrêter à la fin du parcours une partie des manifestation a improvisé une manifestation festive à partir du lieu de dispersion, malheureusement la police ne semblait pas d’accord et la répression était bien présente.

Nantes : Blocage de l’aéroport et du tramway ce 26 mai.
Solidaires a participé à deux manifestations :
-Une première en centre ville qui était interdite, mais qui a tout de même rassemblée 3000 personnes, 3 interpellations sont à déplorer.
-Une seconde en périphérie avec plus de 5000 personnes.
Par ailleurs un policier de la bac (qui avait été expulsé du cortège) a été vu mettant en joue un manifestant avec son arme de service…

Avignon : Blocage des poids lourds dès 5h du matin puis blocage de la principale zone commerciale.
Une opération levée de barrière de péage a aussi été effectuée, un bon moyen de rendre la mobilisation populaire et de récolter des fonds de solidarité pour soutenir les grévistes.

Grenoble : Des barrages routiers à deux entrées de la ville entre 7h et 9h.
La manifestation traditionnelle a rassemblée 8000 personnes, mais comme Bordeaux une manifestation improvisée est partie du lieu de dipertion. Matraques Flashball et gaz lacrymogènes ont fait de nombreux blessé-e-s parmi les manifestant-e-s et beaucoup de contrôle d’identité ont été effectué par la police.

Tours : Tentative avortée de blocage du réseau de transport en commun le matin.
4000 manifestant-e-s se sont retrouvé-e-s dans les rues et ont fait face à une répression totalement disproportionnée. Noyé-e-s sous les gaz les manifestant-e-s ont subit des tirs de grenades dans les jambes et ont du se replier sur un site universitaire.

Pau : 2000 personnes ont participé à la manifestation. Un blocage de la gare a eu lieu.

Le Havre : La ville était submergée par les dockers en grève, 20 000 personnes dans les rues, la production du plus grand port français est désormais à l’arrêt, il n’y a plus d’importation et plus une goutte de pétrole ne sort des raffineries.

Lyon : 12 000 manifestant-e-s, la raffinerie de Feyssin est toujours en grève. La police créée la solidarité entre toutes les manifestant-e-s puisque la répression s’abat toujours plus fort sur toujours plus de personnes.

Marseille : Blocage d’un centre commercial puis tentative avortée de blocage de la gare, repli sur un blocage de la gare routière. À la raffinerie de Fos-sur-mer plus de 5000 personnes pour tenir le blocages, il y avait tellement de monde que ça s’est transformé en manifestation.

Caen : 2500 personnes en manifestation, une police très violente plusieurs blessé-e-s légers et 3 interpellations.

Paris : Plusieurs action de blocages d’axes routiers en ile de france dès le matin, la manifestation de l’après midi a rassemblé plus de 100 000 personnes, une tentative de détournement de la manifestation pour aller bloquer le périphérique a échoué sous les gaz et les grenades de la police. De nombreux blessé-e-s sont à déplorer certains étaient encore ce vendredi hospitalisé-e-s dans des situations préoccupantes.
Le soir au départ de la place de la république 200 personnes sont allées vers le studio de France 5 où nous avons perturbé l’émission C à vous qui accueillait Myriam El-Khomri, Nous la suivrons partout c’est promis !
Arrivée sur la place de la Nation du cortège Solidaires, leu seul à être allé au bout de la manifestation malgré sa dernière place dans l’ordre des cortèges ce jeudi : https://vimeo.com/168359320

Encore quelques chiffres de manifestation :
Toulouse : 20 000
Limoges : 5000

Côté violence policière on ne compte plus nos blessé-e-s et les aller-retours dans les hopitaux, on ne le répétera jamais assez, désarmons la police nous sommes chaque jour pus proche de la catastrophe…
Pensez à vous équiper, foulard, citron, lunettes de protections… Et organisons partout des médics team pour prendre soin les uns des autres pendant les manifestations.

Côté répression juridique, on ne compte plus non plus les camarades poursuivi-e-s pour des broutilles, la répression du mouvement social passe aussi par là. Alors on continue à s’organiser pour chacun-e sache quoi faire en cas d’interpellation, avoir un numéro d’avocat sur soit, refuser la comparution immédiate etc.

Solidarité avec tou-te-s les militant-e-s poursuivi-e-s. Abandon immédiat de toutes les poursuites !

Et la suite ?

Nous appelons à une nouvelle journée de convergence des mobilisations contre la loi travail le jeudi 2 juin. Mais d’ici là chaque jour doit être l’occasion de nouvelles actions pour faire monter la pression et bloquer toujours plus l’économie, il n’y a qu’ainsi que nous ferons plier le gouvernement.

Author: admin